11/04/2013

Nasty Oldie (Panhead Project)... Grosse mise à jour !

Ça y est : on est en plein dedans.
Les températures commencent à se casser la gueule, les manches longues deviennent progressivement obligatoires, la bulle sur le casque va bientôt le devenir pour ne pas se geler la truffe à chaque sortie, et la nuit tombe à 17h30.
La belle saison est donc achevée et on a de nouveau les 2 pieds bien profondément enfoncés dans un hiver qui sera forcément trop long.

Si j'ai repris depuis qq semaines le boulot sur le Pan pour le finir rapidos, du coup j'ai aussi suffisamment de temps pour venir ici rattraper le retard et te tenir au jus de l'avancée des travaux.

Depuis le dernier topic sur la Nasty, j'ai donc surtout bien roulé... mais j'ai aussi taffé sur le cadre de Duo qui va héberger le moulin de 59.
Et vu les quelques saloperies découvertes à la sortie du sablage, le taf s'est avéré être un poil plus conséquent que prévu, surtout du fait :

- des supports de boite nazebroques à refaire (en lieu et place des cylindres taraudés censés accueillir d'origine les vis de serrage de la platine de boite, il n'y avait plus là que des perçages, en biais, décentrés et traversant le cadre... qui accueillaient des boulons !) => en résumé : tout ce qui va bien pour monter une boite de travers dans un cadre !...





- des soudures immondes au niveau de l'assise (j’espérais ne trouver là que du mastic qui aurait sauté au sablage, mais non...)



- et pareil au niveau de la colonne où je pensais retrouver les fonderies...
 


A côté de ça, la géométrie est bonne, rien d'irrécupérable et surtout toutes les réfs présentes me confirment bien qu'il s'agit d'un cadre d'époque (d'avril 1958 pour être précis).
 

A partir de là, si tu fais partie des fidèles (et fort sympathiques...) lecteurs de ce blog, tu sais que c'est fatalement le moment où je ressors mon outil de précision préféré ;-]
Et tu sais aussi que j'aime me faire chier pour te mettre des images sympas avec de belles étincelles !

en-cours :



... pour finir avec quelque chose beaucoup plus en accord avec le look original -et bien plus sexy aussi-


Même taf à pas mal d'autres endroits du cadre, comme le support d'échappement (tordu, et fendu au-dessus de la soudure) :





Photo prise après soudure, mais avant que je ne la chauffe pour la redresser :



Idem avec la colonne de direction, en prenant le soin comme pour le reste de recharger en matière aux endroits qui semblent propices à une éventuelle amorce de casse :


etc.

A ce moment-là, il ne me restait plus qu'à en finir avec les supports de boite avant d'emmener eul'bouzin à l'époxy.
Avant d'amputer le cadre de ses 2 supports arrières, je m'assure de pouvoir positionner parfaitement leurs remplaçants en rapportant temporairement un T en acier, que je supprimerai par la suite.


J'y passe du temps, je transpire à grosses gouttes...


... mais je préfère le prendre (mon temps) pour être certain de ne pas finir avec des supports en biais, et donc au final une boite en travers sur le cadre...
Ce serait juste un coup à devenir fou par la suite, et à chercher sans jamais trouver de réponse, pourquoi le primaire s'use prématurément, ou pourquoi le joint de sortie de boite se remet à fuir à vitesse grand V.....

 

La MEGA-connerie que j'ai faite, c'est de faire usiner les pièces rapportées en inox (vu que le taraudage est d'origine en pas fin, je me suis dit que ce serait + résistant)
Pas une mauvaise idée en soi. Le seul merdier c'est qu'il faut ici tarauder dans un endroit pas super accessible, et surtout sur une belle profondeur.
Ce qui est toujours la merde quand il s'agit d'inox.
 
Et je me fais évidemment baiser comme un bleu en pétant un taraud dans le 2ème et dernier trou !!


Il ne me restait donc plus qu'à trouver dans le coin un mec équipé d'un tour pour me refaire le même cylindre, mais cette fois en acier.
Voilà comment tu paumes 10 jours quand t'as pas le tour sous la main...



Dans l'intervalle, j'ai dû me résigner à couper cet appendice, trop déformé pour que je puisse le récupérer :
(utilisé à l'origine comme support pour une béquille d'atelier)



Donc +/- 10 jours plus tard, le cadre peut enfin aller se faire poudrer le nez, et le reste.

Je ne l'y emmène pas seul, puisqu'il est notamment accompagné des risers et du té inférieur de fourche, auquel j'ai dû greffer 2 butées de direction maison :



Mmmh, not bad !

Et manifestement l'étalon a vite compris qu'on approchait l'écurie, pressé qu'il était de finir sa cure de beauté !



En attendant j'ai de quoi m'occuper.
Par exemple, en me faisant chier à récurer de la visserie pièce par pièce...



... avant de les passer à la gamelle pour leur faire subir une petite parkérization (phosphatation)... 



...
suivie d'un bain d'huile de lin.


La quincaillerie est alors protégée de la rouille par une robe noire d'épaisseur inconstante.

J'en profite aussi pour récurer mes fourreaux de fourche, en faisant sauter les emplacements des catadioptres.
Par contre, je conserve jusqu'à nouvel ordre les supports de garde-boue. Qui sait...



Cette photo pourrait te faire croire que le résultat est top, mais faut être clair : pas évident à la meuleuse et au papier de verre d'avoir une surface parfaitement conique.



Tu passes ta main à l'endroit des défunts emplacements des catadioptres, et tu sens bien quelques vaguelettes.
Mais cette finition est bien suffisante pour moi. Pas question non plus de tomber dans de "l'alu billet" !

Allez, je n'avais plus qu'à me noircir la tronche avec le polissage...



Ça ira parfaitement bien comme ça : j'vais pas en faire un show-bique de Pin-Pin !

Au lendemain de mon retour du B&S Show de Nantes, je récupérais le cadre couvert d'un classique, mais efficace, noir brillant.
Il était temps d'attaquer l'assemblage.

Pose des coupelles :


puis des tés (roulements neufs) :


et des sabres et goujons de suspensions (neufs itou), pour l'instant posés à blanc :


Bon, au moment de monter le bras oscillant -complètement rechromé-, je constate que je me suis planté de réf. pour l'axe, et qu'il me faut d'autres silent-blocs inférieurs...
 

En attendant, et histoire de pouvoir déplacer la carcasse, j'utilise des suspensions aux silent-blocs fatigués. Les définitives seront neuves, rabaissées et couvertes par un cache chromé, façon FLH.



J'ai bien fait d'attendre le début de soirée pour descendre bosser... parce que mine de rien j'ai un peu pris mes aises dans le sous-sol ;)




Silent-blocs de risers et coupelles neufs. Je serre les demi-guidons bien beaux car fraichement rechromés.




Reste à loger les roues, poser le phare. Et je peux déplacer la carcasse à volonté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire