5/17/2009

Da Grey Lady - Suspensions

La nuit passée : montage de nouveaux amortisseurs AR, suite... à la perte de l'un deux en revenant de Belgique 3 semaines + tôt !!
Toujours un achat direct aux US (faut-il encore le préciser ?!). J'ai opté pour des Ultima slim (=plus fins que ceux façon origine). Ce sont surtout le prix, et la forme beaucoup moins anguleuse des "têtes" (pas d'angles vifs au niveau des fixations), qui m'ont fait opter pour ce modèle.
Nous verrons donc plus tard à l'usage.
 

Un point/défaut à noter sur ces modèles : pas de silent-blocs, seuls des paliers se chargent d'encaisser les défauts de la route et les transmettent donc à 100% aux ressorts.
Le seul amortisseur encore présent de retour de Belgique... :

La vis cassée dans le bras oscillant (côté cadre : plus de vis !) n'a finalement pas été aussi réticente que craint au début : il ne sera pas nécessaire de tomber le bras oscillant.

On voit nettement la fente taillée l'été dernier par le gris de Barcelone (eh ouais, c'est la 2de fois que ça arrive en peu de temps... bras HS ? Je verrai à l'usage !) :

 
Le reste de la vis est donc sorti, ici avec les nouvelles :


 
Les Ultima :



Nouvelle version (1er plan) vs ancienne (arrière-plan) :



Gauche / droite :



Fin du montage. Pour tester en sécurité, les ressorts ne sont pas trop serrés et une certaine hauteur est conservée pour l'assise.
Dans qq jours une petite virée avec chargement dans le sud devrait (espérons-le) permettre de valider le montage !

5/12/2009

J8 : Death Valley (CA) - Mammoth (CA)

Edit : il est temps d'achever le récit du périple sur le Grand Ouest US... Je m'y recolle donc !

Depuis le début du trip, il ne se passe pas un jour sans que l'on ait droit à un paysage différent.
Cette journée sera LA journée des contrastes, voire même des extrêmes, de la Vallée de la Mort et son climat aride, ses paysages salés, à Mammoth et ses massifs verts, et son climat bien plus tempéré.
Le matin, certains dont je fais partie sortent prendre leur breakfast au saloon dès 6h00. Pas par pur masochisme, mais parce que ce sera pour nous l'occasion d'aller voir un coin vraiment unique à ne pas manquer (à mon avis...), sans subir de trop fortes températures.
Le simple fait de sortir de la chambre et de marcher 3-400 mètres pour nous rendre au saloon nous fait transpirer comme des bêtes : il fait déjà plus de 30° !

A cette occasion, on tombe sur un véritable nid de protos Porsche bâchées, prêtes à en découdre sur les routes de la Vallée de la Mort :

La déco extérieure à Furnace Creek : 


L'ancêtre de la Dyna ?!

Les estomacs remplis, on file donc sur Badwater. Certaines indications dans le coin nous rappelent qu'on n'a pas le droit à l'erreur pour ce qui est de la fréquence des pleins...

Drôle de sentiment que l'on a eu au sortir des chambres. Il est à peine 7h00, la jauge de température indique déjà 43°C ! Chaudes les aisselles, chaudes !!! 

1/2h + tard, on est à Badwater, 86 mètres sous le niveau de la mer, qui au fur et à mesure de son retrait est partie en déposant une épaisse croûte de sel dans son lit.
  

Y'a pas à tortiller, ç'aurait quand même été dommage de louper ça pour un peu de sommeil en plus !...
On repart ensuite sur Furnace Creek pour récupérer les dormeurs et prendre la route de Mammoth. On ne reprend pas exactement la même route, puisqu'on passe par une belle boucle aux routes sinueuses qui répond au doux nom d'Artists Drive. Jugez plutôt : 
 

Direction les montagnes... 



... tout là-haut...


Progressivement la température descend pour redevenir supportable, et la chlorophylle refait son apparition.


   
 
  
 
Le break déjeuner se fait dans le coin, au Jake's Saloon de Lone's Pine. Si l'on sent de suite que les nanas qui tiennent la boutique sont habituées à voir s'arrêter des convois d'européens, il n'empêche que le cadre est vraiment top : les têtes de gibiers aux murs, les portes battantes, le bar, le billard, les néons, les murs jonchés de tags/signatures déposés par ceux passés avant nous (on y trouve même les traces de potes passés là 2 ans plus tôt !)... et surtout la grosse pêche et le bon accueil dont fait preuve la maîtresse de maison, avec son accent ricain du fin fond de la vallée, tout ça nous plonge dans une ambiance idéale dans le cadre de notre trip. Et on y plonge la tête la première !
  
 
  
 
     

On remonte sur les bécanes prendre le grand air, avec un chili et 2 bières dans la brioche.
En hauteur, la neige est toujours présente.

  
 
  




On arrive en fin d'après-midi sur Mammoth, où l'on passe la nuit.

5/10/2009

FLH Project (1) Springer Fork

Premiers travaux aujourd'hui pour le projet FLH, avec l'assemblage d'une fourche Springer qui devrait donc finir sur la bestiole.
L'ensemble des pièces qui constituent la fourche est raide neuf, une partie trouvée lors d'une "bourse de pièces" (dont les 2 bras, les basculeurs, le té, les pattes-support d'étrier qui ne serviront normalement pas), le reste acheté encore une fois aux US (dont les ressorts et tous les écroux/vis/tiges/etc.)

Au final, l'assemblage de ce type de fourche est vraiment ludique, et relève carrément du puzzle, avec plusieurs dizaines de pièces à imbriquer.

 

 
On commence donc par le bras mobile de la fourche : montage des tiges, ressorts inférieurs; siège intermédiaire, écrou inférieur de tige.
 

 
Puis les ressorts supérieurs, et extérieurs :
 

 
Sièges de ressorts extérieurs et "bumpers"
 


 
On attaque ensuite les bielettes, dans lesquelles il faut monter le roulement de bras mobile, ainsi qu'un siège de demi-roulement pour le bras fixe.
Vu que je n'ai pas de presse sous la main, ces pièces montées en force le seront avec l'aide d'une douille de 3/4", qui me permet de prendre appui sur la bague du roulement pour introduction en force (au marteau), sans endommager les portées de roulement :

 
Avant :

 
 
Pendant :





 Après : 


 
Montage des basculeurs sur le bras fixe en incluant les demi-roulements, et en utilisant les vis dont la tête est la moins haute (par rapport à celles du bras mobile) :
 

 
Avant d'assembler les 2 bras, les protéger en chaussant le bras mobile, et en nouant un chiffon sur le fixe, comme sur la photo :
 


 
Emmancher alors le bras fixe sur les tiges/ressorts du mobile, puis monter les bagues, 'bumpers' et sièges des ressorts de rebond.




 
Plutôt que d'acheter un "outil à 10 000" pour compresser les ressorts, je me trouve une rondelle de la largeur du 'bumper' en caoutchouc + un écrou + une tige creuse de diam interne 10mm que je coupe à longueur (voir photo).
 

L'ensemble me permet de pré-contraindre l'un des 2 ensembles de ressorts, suffisamment pour pouvoir monter le ressort supérieur opposé et les écrous correspondants, en forçant légèrement sur le bras mobile, sans endommager quoique ce soit !
 


 
Une fois le premier ressort monté, desserrer l'écrou opposé, ôter l'entretoise de fortune et la rondelle, et placer le 2nd ressort.
 

 
Il ne reste plus qu'à maintenir les bras en position (aidez-vous de vos pieds !), et à appuyer avec la clé adéquate sur l'écrou principal tout en tournant pour engager le filetage.
 

Attention, le ressort est prêt à vous sauter au pif à la moindre inattention, soyez donc prudent !
Serrer ensuite le contre-écrou supérieur (obus) :

 


 
Il ne reste plus ensuite qu'à installer les 2ds boulons des basculeurs, et le té de fourche :
 

 
Le tour est joué. Pas évident seul, j'imagine qu'à 2 ça doit être beaucoup + simple !...
Mais quel plaisir de monter cette fourche de ses propres mains ;)